COMMUNIQUE DE LA GENDARMERIE

Démarchage à domicile

LES FAITS :

Le groupement de gendarmerie départementale de la Vendée met en garde contre le démarchage à domicile.

Des faits récents ont démontré une fois encore que les malfaiteurs ciblent plus particulièrement les seniors.

Bien souvent la vente n’est qu’un prétexte pour s’introduire dans le logement de la victime. Les malfaiteurs agissent généralement en binôme. Une fois à l’intérieur du domicile, ils détournent son attention afin d’effectuer un repérage ou dérober des objets de valeur et des liquidités.

Certains se présentent comme des professionnels (agents municipaux, EDF, ramoneurs, postiers, plombiers, policiers, gendarmes, etc.) ou vendent des calendriers ou encore des objets de Lourdes.

LES RECOMMANDATIONS :

Le groupement de gendarmerie départementale de la Vendée invite à la plus grande vigilance et à prendre quelques mesures de sûreté élémentaires :

 Lorsqu’une personne se présente à la porte du domicile, il faut systématiquement :

  • identifier le ou les visiteurs visuellement par la fenêtre, le visiophone, l’entrebâilleur ou le viseur optique,

  • exiger la présentation d’une carte professionnelle et (ou) de l’ordre de mission même si cette personne porte un uniforme,

  • solliciter la présence d’un ami ou d’un membre de votre famille susceptible de se déplacer rapidement,

  • en cas de doute, refuser l’accès à votre domicile et devant l’insistance de votre interlocuteur, téléphoner à l’organisme dont il prétend dépendre ou menacer de faire appel à la gendarmerie,

  • Si le démarcheur est parvenu à rentrer dans votre habitation, ne le laisser jamais seul, même si une seconde personne se présente à votre porte car il s’agit probablement d’un complice,

  • en cas de démarchage à domicile abusif avéré, il convient de conserver les preuves, ne toucher à rien, observer les contrevenants et prévenir immédiatement la gendarmerie (délai de rétractation de 14 jours).

    Sachez qu’un policier ou un gendarme :

  • ne se présentera jamais à votre domicile avec un voleur qu’il aura arrêté,

  • ne vous demandera pas de lui présenter vos bijoux, votre argent ou autres objets de valeurs.

Port du casque obligatoire pour les moins de 12 ans

Le groupement de gendarmerie départementale de la Vendée vous informe que depuis le 22 mars 2017, le port d’un casque à vélo est obligatoire pour les enfants de moins de 12 ans, qu’ils soient conducteurs ou passagers.

L’article R 431-1-3 du code de la route mentionne précisément : «En circulation, le conducteur et le passager d’un cycle, s’ils sont âgés de moins de 12 ans, doivent être coiffés d’un casque conforme à la réglementation relative aux équipements de protection individuelle. Ce casque doit être attaché. »

Cette mesure est destinée à limiter les blessures graves à la tête et au visage en cas de chute ou d’accident.

En cas de non-respect de cette règle, les adultes transportant ou accompagnant les enfants s’exposeront à une amende de 135 euros.

Cette nouvelle disposition nous paraît peu connue des parents, vu le nombre de jeunes enfants circulant sans casque dans les villages, seuls ou accompagnés.

L’actualité récente vendéenne a montré malheureusement que le non port du casque à vélo peut entraîner des très graves blessures auprès des jeunes, ainsi qu’auprès des plus âgés pour qui, le port du casque est fortement conseillé pour tout type de trajet, quotidien ou occasionnel.

Vols de voitures et d’accessoires

Afin de combattre efficacement la délinquance liée aux véhicules, un plan national de lutte contre les vols et les trafics de véhicules et de pièces détachées a été lancé par le ministre de l’Intérieur en octobre 2014.

Les recommandations sont les suivantes :

Prévenir les risques de vols
  • A l’arrêt, ma voiture est systématiquement fermée à clé et les vitres sont closes.
  • Je ne laisse pas les clés sur le contact, même dans un lieu fermé (garage, cour, jardin).
  • J’équipe ma voiture d’un système antivol électrique ou mécanique.
  • Je ne laisse jamais les papiers (carte grise, permis de conduire) dans ma voiture ni d’objet tentant qui puisse être vu de l’extérieur.
  • En cas de car-jacking (détournement de voiture en présence du conducteur) ou de vol à la portière (vol d’objets en présence du conducteur, par la vitre ou la portière), je ne résiste pas.
Lutter contre les pratiques malhonnêtes

Des particuliers, des bandes organisées ou certains professionnels cherchent à écouler auprès du public des accessoires provenant de vols et de trafics. En conséquence,

  • Je me méfie des pièces vendues à un prix nettement inférieur au prix du marché et privilégie un vendeur situé en France.
  • Je demande au vendeur des garanties sur l’origine des pièces ou sur l’origine de la voiture.
  • Je suis vigilant vis-à-vis des pièces dont le numéro a été effacé, limé ou modifié.
  • Je m’assure avant l’achat que le véhicule n’est pas gagé auprès de la préfecture.
  • Si je vends ma voiture, je ne donne pas rendez-vous aux acheteurs potentiels à l’endroit où je la gare habituellement : cela empêche tout repérage préparatoire à un vol et privilégie un paiement par chèque de banque.
Réagir face à un vol
  • Préventivement, je garde une photocopie des documents concernant mon véhicule à mon domicile afin de permettre aux forces de l’ordre de renseigner rapidement le fichier national des véhicules volés.
  • Lorsque je constate le vol de mon véhicule ou le vol d’accessoires, j’en informe rapidement la brigade de gendarmerie la plus proche. Je dépose plainte dès que possible.
  • Si je retrouve le véhicule volé ou si j’identifie des pièces détachées dérobées, je contacte immédiatement la gendarmerie et ne tente rien par moi-même pour récupérer ce qui m’appartient.
  • Je suis victime ou témoin d’un vol ou d’une tentative en cours, j’appelle le 17.

La sécurité étant l’affaire de tous, signalez tous comportements ou passages répétés vous paraissant suspects. A cet effet, contactez directement la brigade de gendarmerie la plus proche ou adressez nous un mèl à : prevention-ggd85@gendarmerie.interieur.gouv.fr